Notre mission de contrôle export

Le contrôle des exportations des biens et technologies dits « à double usage » (BDU) est mis en œuvre par l’État pour lutter contre l’accumulation déstabilisante d’armes dans certaines régions du monde.

Ce système réglementaire vise à lutter contre la prolifération des moyens de destruction massive, à faire respecter les embargos et à lutter contre la répression, des violations graves et systématiques des droits de l’homme et du droit humanitaire international, en incluant les biens de cybersurveillance dans le scope contrôlé.

Selon la définition usuelle des biens à double usage, relèvent de cette catégorie « les biens, les équipements - y compris les technologies, logiciels, le savoir-faire immatériel ou intangible – susceptibles d’avoir une utilisation tant civile que militaire ou pouvant - entièrement ou en partie - contribuer au développement, à la production, au maniement, au fonctionnement, à l'entretien, au stockage, à la détection, à l'identification, à la dissémination d'armes de destruction massive » (ADM - nucléaires, biologiques, chimiques, etc.).

Ces biens considérés comme sensibles du fait de leurs caractéristiques intrinsèques, et transmis d’une région du monde à l’autre pour des usages déclarés souvent purement civils, font peser une menace sur les populations, y compris sous l'angle des droits de l'Homme.

Depuis plusieurs décennies, l’envoi vers certaines destinations sensibles de biens non-militaires, mais potentiellement offensifs lorsque détournés d’un usage civil, suscitent la préoccupation croissante des gouvernements des démocraties. Ils participent à l’émergence dans des régions en crise de puissances ayant engagé des programmes de développement d’armement dans les domaines nucléaire, bactériologique ou chimique et de leurs vecteurs, ou qui s'en sont dotées en violation des Traités. Le renforcement des régimes internationaux de contrôle à l'exportation des BDU, s’est dès lors imposé pour tenter de préserver la paix mondiale et le respect des droits de l’Homme.

Pour honorer leurs engagements internationaux au sein de ces régimes, les pays de l’Union Européenne ont créé un règlement du Conseil instituant un régime communautaire de contrôle des exportations des biens et technologies à double usage.

Les quatre principaux régimes internationaux de contrôle des exportations de biens à double usage servent de base à la liste de biens et de technologies annexée au Règlement européen en matière de contrôle des exportations de BDU. Cette annexe intègre aussi quelques produits chimiques issus d’une liste de la CIAC. Ce règlement s’applique directement et juridiquement à l’ensemble des exportateurs de l’Union Européenne.

Le règlement européen relatif au contrôle à l’exportation des biens à double usage est le texte de référence en vigueur. Son annexe I porte sur la liste des biens contrôlés et fait l'objet d'une mise à jour annuelle.

L’exportation hors de l’espace douanier communautaire est soumise à l’obtention d’une autorisation de l’État, après examen rigoureux du produit, de ses utilisations et de sa destination. Le commerce hors de l'Union Européenne - et, dans quelques cas, le transfert intracommunautaire - de ce type de biens et de technologies sont en effet soumis à des contrôles sur pièces comme sur site, assortis de sanctions fiscales et/ou pénales, en cas d’infraction.

Les avis rendus sur les demandes d’autorisation d’exportation relèvent de prérogatives de souveraineté de l’État français.

Mis à jour le 12/05/2022

Partager